18.6.13

NICE CON (prononcer "conne") CARNET


Salut !

Pas eu trop le temps de mettre ce blog à jour dès mon retour de Nice, mais v'là j'm'y mets aujourd'hui.

Donc, Nice... j'n'y étais jamais allé, et donc voilà mon ressenti de la ville et du festival :

La ville  :
C'est californien sur la côte et genre toscan dans la vieille ville.
Rutilant et de mauvais goût au bord de l'eau, puis chaleureux, sensuel et magnifique dans les petites rues.
Je remercie Raphaël Sarfati (qui a publié "Little Joséphine" chez la Boîte à Bulles) qui, connaissant bien l'affaire, m'a servi de guide express avant l'avion à travers les dédales niçoises.

Évidemment, on ne peut s'empêcher de remarquer les vieux beaux tout riches, et les rombières blondifiées, le tout affublé de clébards dans les bras, et qui arpentent les voies communes de cette cité Côtedazurienne.
Je vous mets 500g de dessins sur le vif :



Bon, il y a d'autres genres de gens, bien sûr. Mais moins marrants à dessiner, c'est sûr !

Dans le festival, j'étais installé avec une dizaine d'autres auteurs BD sur une longue table.
Tous mes voisins (hormis Mister Sarfati) signaient des albums type 48 CC (format Titeuf, Schtroumfgjrhfs etc...) et certains avaient des queues d'au moins 15 km pour les dédicaces.
Et moi, ben j'ai du signer une dizaine de bouquins sur 2 jours et demi...
M'en fous, un jour viendra je serai célèèèèbreuuuu !...

Après de légers sentiments d'aigreur et de frustration, je me suis mis à dessiner les gens qui étaient là.
Et j'ai pu ainsi observer de près une espèce d'humanoïdes dont j'avais seulement entr'aperçu l'existence jusqu'ici : les chasseurs de dédicaces.

Non, le mythe du vieux garçon quinca habitant encore chez sa mère, et vivant une sexualité virtuelle et sopalinesque avec la princesse Leia, n'est pas qu'une légende !
Bien qu'il y avait aussi des specimens féminins (ce qui m'étonna de surcroît).

Allez, j'vous en mets 350g :



Maintenant un dernier dessin regroupant les autres, le reste, bref le tout allant et venant.
Y en a 600g, j'vous l'mets ?


J'en profite aussi pour vous inviter à aller voir le boulot de Raphaël Sarfati et celui d'Éric Buche.

Pis je termine avec ces mots de Bob De Groot (entre autres scénariste de Léonard le génie, de Robin Dubois et fringuant jeune homme de 72 ans) :
Merci à BD Fugue à Nice pour l'invitation !

1 comment:

Anonymous said...

T'as une bonne patte tout de même !
jmi